ANANDA DEVI

Mauricienne, d'origine indienne, Ananda Devi est familière de plusieurs langues (le français, le créole, l'anglais et le telougou). Dès son enfance, elle se passionne pour l'écriture en écrivant essentiellement de la poésie.

À 15 ans, elle remporte un concours d'écriture organisé par Radio France et elle publie son premier recueil de nouvelles à 19 ans.

Après un doctorat d'anthropologie sociale à l'École des études orientales et africaines de l'université de Londres, elle revient à sa première passion, la littérature, et publie son premier roman dans une maison d'édition africaine. Depuis, elle a publié des romans chez différents éditeurs, notamment l'HarmattanGallimard et aujourd'hui Grasset

Ananda Devi a été reçue Chevalière dans l’ordre des arts et des lettres et distinguée par de nombreux prix littéraires :

Eve de ses décombres, Gallimard, 2006, Prix des cinq continents de la francophoniePrix RFO du livre

Indian Tango, Gallimard, 2007, Sélection Prix Fémina et Prix France Télévisions

Le Sari vert, Gallimard, 2009, Prix Louis-Guilloux

Manger l'autre, Grasset, 2018, Prix Ouest-France - Étonnants Voyageurs.  

En septembre, 2021, elle publie son nouveau roman chez Grasset, Le rire des déesses.

Ananda Devi, le rire des déesses.jpg

LE RIRE DES DÉESSES, Grasset, septembre 2021

Au Nord de l’Inde, dans une ville pauvre de l’Uttar Pradesh, se trouve la ruelle où travaillent les prostituées. Y vivent Gowri, Kavita, Bholi, ainsi que Veena, et Chinti, sa fille de dix ans. Si Veena ne parvient pas à l’aimer, les femmes du quartier l’ont prise sous leur aile, surtout Sadhana. Elle ne se prostitue pas et habite à l’écart, dans une maison qu’occupent les hiiras, ces femmes que la société craint et rejette parce qu’elles sont nées dans des corps d’hommes. Ayant changé de sexe et devenue Guru dans sa communauté, sadhana veille sur Chinti.

Leurs destins se renversent le jour où l’un des clients de Veena, Shivnath, un swami, un homme de Dieu qui dans son temple aime se faire aduler, tombe amoureux de Chinti et la kidnappe. Persuadé d’avoir trouvé la fille de Kali capable de le rendre divin, il l’emmène en pèlerinage à Bénarès. Comment se douterait-il que sur ses pas, deux représentantes des castes les plus basses, une pute et une hiira, Veena et Sadhana, sont parties pour retrouver Chinti, et le tuer ?

Des bas-fonds e l’Inde où les couleurs des saris trempent dans la misère à sa capitale spirituelle, Ananda Devi nous entraîne dans un roman haletant et riche pour fouiller, à sa manière, les questions brûlantes de notre époque :  la place des femmes et des transsexuels, le règne des hommes et la sororité ; les folies de la foi, la pédophilie ; la religion, la colère et l’amour. Avec son style incisif et poétique, elle brise le silence des dieux pour faire entendre et résonner le cri de guerre des femmes.