METIN ARDITI

Metin Arditi, né à Ankara, est un physicien et écrivain suisse francophone. Il est l’auteur de nombreux essais et romans parmi lesquels Le Turquetto (Actes Sud, 2012, Prix Jean Giono), et, chez Grasset, La Confrérie des moines volants (2013), Juliette dans son bain (2015), L'Enfant qui mesurait le monde (2016, Prix Méditerranée), Mon père sur les épaules (2017) et Carnaval noir (2018). Après le Dictionnaire amoureux de la Suisse (Plon 2017), il publie le Dictionnaire amoureux de l'esprit français en 2019.

Il tient la chronique du lundi à la dernière page de La Croix.

En 2018, il  reçoit la distinction de Commandeur des Arts et des Lettres.

DICTIONNAIRE AMOUREUX DE L’ESPRIT FRANÇAIS, Plon/Grasset, Janvier 2019

Metin Arditi, amoureux comme personne de l’esprit français, examine d’une plume légère et souvent espiègle les diverses formes dans lesquelles s’incarne en France le désir de plaire.

« On ne considère en France que ce qui plaît », dit Molière, « C’est la grande règle, et pour ainsi dire la seule ».
Partant de cet indiscutable constat, l’auteur de ce dictionnaire, lui-même amoureux  comme personne de l’esprit français, examine d’une plume légère et souvent espiègle les diverses formes dans lesquelles s’incarne en France le désir de plaire : au fil des siècles se sont développés le goût du beau, bien sûr, mais aussi le principe d’élégance, le sens de l’apparat, le souci de légèreté, l’humour, l’art de la conversation, un attachement historique à la courtoisie, la délicatesse du chant classique « à la française », le penchant pour la théâtralité, l’amour du juste, le goût des barricades, du panache, oui, du panache, et, surtout, une exigence immodérée de liberté. Ce dictionnaire parle de Guitry et de Piaf, de Truffaut et de Colette, mais aussi de Teilhard de Chardin, Pascal, Diderot, Renan, Péguy, les prophètes qui ont nourri les artistes de leur pensée et les ont libérés dans l’exercice de leurs talents.
L’esprit français a aussi ses interdits. Ne jamais être lourd…  Ne pas faire le besogneux… Comment plaire, sinon ?
Au fil des pages, ce dictionnaire rappelle que le goût des belles choses a un prix, qu’un tel bonheur ne vient pas sans facture. À défaut, l’esprit français ne serait pas ce qu’il est…  Sans vouloir transformer un pays qui, c’est heureux, n’est pas transformable, on pourrait peut-être imaginer, ça et là, quelques mesures aptes à diminuer le montant de l’addition.
À l’heure où chacun s’interroge sur la délicate question de l’identité du pays, ce dictionnaire rappelle combien l’esprit français est un cadeau.

IMG_9859_edited.jpg