JOSEPH INCARDONA

Joseph Incardona est un écrivain, scénariste et réalisateur suisse.

Riche de sa culture suisse et italienne, il puise ses références dans le roman noir – « roman social » par excellence – et la littérature américaine du XXème siècle (John Fante, Jack Kerouac, James Lee Burke, Charles Bukowsky).
Auteur d’une dizaine de romans et de deux pièces de théâtre, il est également scénariste de bande dessinée et réalisateur d’un long métrage Milky Way (Prix du public au festival international du film policier de Liège en 2014).
En 2008, il obtient le 2ème Prix de la Cinémathèque suisse pour son court métrage, Annonciation.
Lonely Betty paru en 2010 chez Finitude, éditeur bordelais, a obtenu le Grand Prix du Roman Noir au Festival de Beaune en 2011.
En 2015, son roman Derrière les panneaux il y a des hommes, publié aux Éditions Finitude, remporte le Grand prix de littérature policière du meilleur roman en français.

En 2018, Permis C (2016) obtient le Prix du Roman des Romands.

Son dernier roman, La Soustraction des possibles, publié aux Éditions Finitude en 2020, a remporté le Prix Relay 2020 et été sélectionné  pour le Prix littéraire du LÀC.

Le site de Joseph Incardona :

http://www.josephincardona.com/joseph_incardona/Accueil.html

 
incardona PRIX RELAY.jpg
STICKER PRIX DU LAC V3.png

LA SOUSTRACTION DES POSSIBLES, Éditions Finitude, Janvier 2020

On est à la fin des années 80, la période bénie des winners. Le capitalisme et ses champions, les Golden Boys de la finance, ont gagné : le bloc de l’Est explose, les flux d’argent sont mondialisés. Tout devient marchandise, les corps, les femmes, les privilèges, le bonheur même. Un monde nouveau s’invente, on parle d’algorithmes et d’OGM.
À Genève, Svetlana, une jeune financière prometteuse, rencontre Aldo, un prof de tennis vaguement gigolo. Ils s’aiment mais veulent plus. Plus d’argent, plus de pouvoir, plus de reconnaissance. Leur chance, ce pourrait être ces fortunes en transit. Il suffit d’être assez malin pour se servir. Mais en amour comme en matière d’argent, il y a toujours plus avide et plus féroce que soi.
De la Suisse au Mexique, en passant par la Corse, Joseph Incardona brosse une fresque ambitieuse, à la mécanique aussi brillante qu’implacable.

Pour le monde de la finance, l’amour n’a jamais été une valeur refuge.