CORINNE CHAPONNIERE

Suisse et canadienne, Corinne Chaponnière est docteur en lettres et licenciée en sciences politiques de l'université de Genève. Elle a débuté comme chroniqueuse judiciaire pour la presse écrite avant de poursuivre une carrière de journaliste à la télévision. À côté de plusieurs centaines d'articles et de reportages, elle a publié Le mystère féminin, Vingt siècles de déni de sens (Olivier Orban, 1989), La Mixité (avec Martine Chaponnière, In Folio, 2005), Les quatre coups de la nuit de cristal (Albin Michel, 2015), Henry Dunant, La croix d'un homme (Perrin, 2010, Labor et Fides 2018).

Chaponniere-Dunant_edited.jpg

HENRY DUNANT - LA CROIX D’UN HOMME, Labor et Fides, Novembre 2018

Connu dans le monde entier comme le pionnier de l’action humanitaire, Henry Dunant (1828 – 1910) a pourtant consacré à peine cinq ans à la Croix-Rouge, entre la formulation de son idée dans Un souvenir de Solférino et son exclusion du Comité international en 1867. Le reste de sa vie ressemble à un vrai roman balzacien : homme d’affaires ambitieux, coqueluche des cours européennes, le promoteur de la Convention de Genève fait une faillite retentissante qui le plonge du jour au lendemain dans la misère et le ressentiment.

Terré à Paris pendant la Commune, tenaillé par la faim en Angleterre, parcourant l’Europe au service d’une dame fortunée avant de se reclure en Suisse orientale, le fugitif de Genève s’acharnera, pendant trente ans, à regagner la paternité de son œuvre. Jusqu’à la conquête méthodiquement orchestrée du premier Prix Nobel de la paix, obtenu en 1901 comme une ultime revanche.

Dans une nouvelle édition révisée et enrichie d’une iconographie, la biographie de Corinne Chaponnière restitue avec verve la vie rocambolesque d’Henry Dunant.