La nuit du premier jour.jpg

La nuit du premier jour

de Therésa Révay remporte

le Prix du LÀC

et

 Le Tailleur de Relizane 

d'Olivia Elkaim obtient

le Prix des  Bienveillantes 

festival-du-lac_olivia-elkaim.jpg
 
festival-du-lac_prix-litteraire_geneve.j

 PRIX DES BIENVEILLANTES

        

LE PRIX DU LÀC

Le prix du LÀC créé à l’occasion de la première édition du Festival du LÀC, vise à mettre à l’honneur en Suisse un auteur de talent.

Il a pour originalité de couronner un écrivain dont le thème de l’ouvrage est en lien avec celui choisi pour le Festival chaque année.

LE PRIX DES BIENVEILLANTES

Le Prix des Bienveillantes a été créé en l'honneur du Cercle de lecture éponyme, à l'origine du  Festival du LÀC. Il récompense un ouvrage «coup de coeur» du Comité Fondateur du Festival, choisi dans la première sélection du Prix du LÀC.

LA MÉMOIRE : Thème de la première édition du Festival du LÀC

Le thème de la première édition est la mémoire, au sens large du terme (les souvenirs, la mémoire historique et scientifique, le devoir de mémoire, la mémoire familiale, corporelle, l’acquisition et la perte de mémoire...). En lien avec ce thème, voici la liste des ouvrages sélectionnés. Mais laissons la parole aux jurés .... 

festival-du-lac_prix-du-lac_adrien-borne

octobre 2020
Mémoire de soie,
Adrien Borne,
Lattès

Philippine : «Malgré la dureté des mots, l'écriture d'Adrien Borne nous rend facile sa lecture avec un petit je ne sais quoi de Brassens ou de Brel.»

Anne-Christine : «Prêter une si belle écriture à des personnes non éduquées les élève et les rend subtiles.»

Ariane : «Par son écriture précise et dure et ses descriptions réalistes, l'auteur nous transmet de manière poignante la violence de la vie de cette époque.»

Virginie«Une histoire triste racontée de façon flamboyante et poétique

 

Sylvie : «Contribuer du bout des yeux à épaissir ce fil soyeux et fragile de la mémoire

festival-du-lac_prix-du-lac_oscar-lalo_l

janvier 2021
La race des orphelins
Oscar Lalo,
Belfond

Jack : «Un livre d'utilité publique, historique, sociale et psychologique

 

Nathalie : «J'ai trouvé ce livre fort, puissant, poignant, émouvant, instructif...»

 

Christine«Un livre qui permet que la souffrance de tous ces enfants et de toutes ces mères ne tombe pas dans l'indifférence de l'oubli. A lire et à faire lire.»

 

Marie-Anne : «Ce roman est tout simplement magistral, une claque, un uppercut !»

Anouk«Un K.O. livresque comme on n'en vit pas souvent dans une vie de lecteur... !»

le Stradivarius de Goebbles.jpg

             mars 2021

Le stradivarius de Goebbles

           Yoann Iacono

           Slatkine & Cie

GaëlleCe livre nous questionne sur l'âme et l'histoire des objets mais aussi plus profondément sur la responsabilité individuelle face au cours de l'Histoire.»

 

Josiane : «Un roman très original, très documenté, une lecture captivante.  Pour férus d'Histoire et de musique !»

 

Arlette : «L'auteur a révélé un pan de l'histoire assez méconnu des relations entre le Japon et l'Allemagne.»

 

Carine : «Ce fut une immense émotion de lire ce livre !»

.

Ariane : "Ce roman pose avec brio la question de la collaboration et de la culpabilité des artistes pendant la guerre."

festival-du-lac_prix-du-lac_miguel-bonne

novembre 2020
Héritage,
Miguel Bonnefoy,
Rivages

Eve : «Très dense, très intense, formidablement bien écrit.»

 

Martine : «J'ai été totalement prise par l'élégance de l'écriture, la délicatesse des descriptions, tant celles des portraits que de la nature, des oiseaux, de l'ambiance.»

 

Josiane : «L'écriture est inventive, poétique, tourbillonnante. La musicalité des mots envoûtante.»

Anouk : «Quel tour de force! Réussir à raconter un siècle de la grande Histoire par le biais d'une saga familiale de 200 pages, chapeau bas!»

Noha : «Un voyage enchanteur!»

festival-du-lac_prix-du-lac_julia-kernin

janvier 2021
Liv Maria,
Julia Kerninon,
L'iconoclaste

Catherine : «Grâce à ce livre, on retrouve ce magnifique goût de l'audace et cette envie de lire et dire toujours et encore!»

 

Sabine : «Le style, l'histoire, le nœud de l'intrigue. J'ai tout aimé! SUPERBE!»

 

Reina : «Joli portrait de femme forte et indépendante.»

Arlette : «Bel hommage aux femmes fortes courageuses combattantes!»

Arlette : «Un roman soutenu par une écriture fraîche et entrainante et, bien que surprise par la fin rapide qui nous hante, on en redemande...»

La nuit du premier jour.jpg

 

         avril 2021

La nuit du premier jour

      Theresa Révay

        Albin Michel

 

Ariane: « C’est un livre définitivement féministe, qui nous fait rentrer dans la peau d’une femme forte et trop libre pour son temps, prête à tout sacrifier pour vivre un véritable amour. »

Jack: « Voici une œuvre qui m’a passionné car on y trouve la palette entière de la littérature. Roman d’amour, roman exotique et d’aventures, livre de guerre, ouvrage de sociologie et d’histoire... »

 

Martine: « Non seulement j’ai été séduite par l’écriture mais toute l’histoire de ce levant et de la sériciculture liée aux soieries lyonnaises et aux canuts m’a emballée ».

 

Jacques: « J’ai tourné les pages jusqu’à la fin avec un réel plaisir, autant par la qualité de l’écriture que par l’évocation des contextes. »
Quel beau travail littéraire ! »

festival-du-lac_prix-du-lac_camille-de-t

décembre 2020
Thésée, sa vie nouvelle,
Camille de Toledo,
Verdier

Anne-Christine : «Une intensité bouleversante, un travail de mémoire remarquable, un style unique. Quelle prouesse!»

 

Fabienne : «Un livre étonnant, détonnant, vraiment marquant.»

 

Soizic : «On mesure le poids de chaque génération de la transmission de l'histoire des pogroms et de la Shoah.»

Zeina : «Quoiqu'on pense du pessimisme qui se dégage de ce livre, le texte est magistral»

Sophie : «Dans la même catégorie de lectures que "Le Lambeau" de Philippe Lançon : indispensables ou incontournables.»

festival-du-lac_olivia-elkaim.jpg

février 2021
Le tailleur de Relizane
Olivia Elkaim,
Stock

Catherine : « Récit bouleversant.

C'est l'histoire à hauteur des hommes. On n’en sort pas indemne».

 

Eve : «Ce livre est terriblement attachant et sa lecture m’a happée »

 

Soizic : « Les parfums, les paysages, les odeurs, la lumière : tout y est. »

 

Anouk : « Un magnifique récit sur la quête de l’identité et sur la mémoire familiale. »

 

Marie-Anne : « Olivia Elkaim a une manière de raconter qui rend l’histoire très vivante et impossible à lâcher. »

Le fil rompu : Céline Spierer.jpeg

mai 2021

Le fil rompu

Céline Spierer

Héloïse d'Ormesson

Anne-Claire«J’ai été particulièrement sensible à l’écriture très visuelle, voire cinématographique de l’auteur et à la richesse et la précision du vocabulaire choisi.»

Josiane : «À travers le destin de trois générations de femmes emportées par l’Histoire, Céline Spierer explore avec brio la mémoire, celle qui ne tient qu’à un fil, fragilisée par le silence, les blessures et les tourments.  Un premier roman très réussi.»

Sandra« L’auteur nous livre une série de portraits touchants, plein d’humanité. Elle a l’art de mettre en lumière chaque figure, et de leur donner une vraie personnalité par petites touches adroites.»

 

Carole : « Félicitations à Céline Spierer pour son premier livre.

Le style d'écriture est fluide et on se laisse vite enivrer par les différentes séquences.»

MODALITÉS 

PRIX DU LÀC

L’ouvrage doit paraître entre juin de l’année précédant la remise du prix et mai de l’année de remise.

Une première sélection de neuf romans ou essais est réalisée par le comité organisateur du prix du LÀC. Le Jury, composé d’une cinquantaine de lectrices et lecteurs issus de Cercles de lectures genevois, de bibliothécaires, de blogueurs et d’amis, élit le lauréat parmi les ouvrages sélectionnés. 

Le premier Prix du LÀC a été remis le 09 Octobre 2020 à Gaëlle Nohant pour son roman La femme révélée lors du cocktail de lancement du Festival du LÀC, à Genève, en présence de Mélanie Chappuis, co-Présidente du Festival du LÀC et des Autorités de la Commune de Collonge-Bellerive, partenaire institutionnel du Festival.

PRIX DES BIENVEILLANTES

L’ouvrage doit paraître entre juin de l’année précédant la remise du prix et mai de l’année de remise.

Le Jury, composé des membres du Comité Fondateur du Festival, distingue un ouvrage parmi les romans ou essais sélectionnés pour le Prix du LÀC. 

Le premier Prix des Bienveillantes a été remis à Blandine de Caunes pour son ouvrage La mère morte lors du cocktail de lancement du Festival du LÀC, à Genève, en présence de Mélanie Chappuis, co-Présidente du Festival du LÀC et des Autorités de la Commune de Collonge-Bellerive, partenaire institutionnel du Festival.

festival-du-lac_PrixLitteraireGonet_logo.jpg
 

Dans le cadre du soutien au Festival du LÀC, la banque Gonet&Cie SA récompense à travers le Prix littéraire Gonet, un ouvrage francophone original, de tout genre littéraire et en lien avec les enjeux sociétaux de notre temps. Contribuant au rayonnement culturel du Festival du LÁC, ce prix décerne dans un esprit indépendant, sensible à la fois au caractère divertissant de l’ouvrage primé et à son ouverture à une sensibilisation originale sur le monde moderne.

LES ENJEUX SOCIETAUX :Thème du prix Gonet  2021

.

festival-du-lac_prix-gonet_ressuscite_marion-ermonot2.jpg

mars 2021

Ressuscité

Marion Emonot

Slatkine

festival-du-lac_prix-gonet_la-dixieme-muse_alexandra-koszelyk.jpg

janvier 2021

La dixième muse

Alexandra Koszelyk

Aux forges du Vulcain

festival-du-lac_prix-gonet_divine-comedie_ruiz.jpg
festival-du-lac_prix-gonet_ce-matin-la_gaelle-josse2.jpg
festival-du-lac_prix-gonet_melanie-chappuis_suzanne-desesperement.jpg

mars 2021

La divine comédie de nos vies

Gavin's Ruiz

  Albin Michel

janvier 2021

Ce matin-là

Gaëlle Josse

Notabilia

juin 2021

Suzanne, désespérément

Mélanie Chappuis

Bsn Press