BLANDINE DE CAUNES GRAVIT.jpg

BLANDINE DE CAUNES

Blandine de Caunes a travaillé dans l'édition en tant qu'attachée de presse et éditrice. Elle est l'auteure de L'Involontaire (Stock 1976, réed. Phébus 2015), roman sur l'apprentissage amoureux d'une jeune fille rebelle. Elle a publié et préfacé  Journal d'Irlande, carnets de pêches et d'amour , ouvrage posthume de sa mère Benoîte Groult (Grasset 2018). 

La mère morte (Stock, 2020) a été sélectionné pour le Prix du LÀC 2020 et distingué par le premier Prix des Bienveillantes.

En 2021 elle publie et préface le Journal Amoureux de sa mère Benoîte Groult et de son beau-père Paul Guimard.

 

LE JOURNAL AMOUREUX ( Benoîte Groult et Paul Guimard), Stock, mars 2021

Blandine de Caunes publie et préface le journal amoureux de Benoîte Groult et Paul Guimard. 

A travers ce jeune couple amoureux, qui manie la plume avec dextérité, le talent des deux écrivains reconnus qu'ils deviendront est déjà là, qui constitue aussi un formidable témoignage des années 1950 et du féminisme naissant d'une femme engagée qui participera à tous les combats de son époque.

JOURNAL AMOUREUX GROULT -GUIMARD.jpg
blandine 2.jpeg
La_mère_morte_:Prix_des_bienveillantes

LA MÈRE MORTE,  Stock, Janvier 2020 

Une mère, âgée mais indépendante, se trompe de jour, de lieu de rendez-vous avec ses filles, achète des objets superflus et coûteux, oublie dans le coffre de sa voiture les fruits de mer bretons, et se lève la nuit, croyant partir pour une destination inconnue.

Cela pourrait être drôle, si ce n’était une maladie mentale due à l’âge, et surtout si cette femme si confuse n’était pas la romancière Benoîte Groult, la mère de l’auteure de ce livre d’une force rare. Benoîte Groult, luttant, jouant avec sa propre fin, mais refusant avec rage de céder à la fatalité et à la vieillesse, elle qui a été une militante de l’association «Pour le droit de mourir dans la dignité ». Voici la femme intime, plus que la femme publique, ici telle qu’on ne la connaît pas, et qui écrivait : « Dans la vie, deux mondes se côtoient : celui des gens qui vont vivre et celui des gens qui vont mourir. Ils se croisent sans se voir.»
Benoîte s’éteint en juin 2016 à Hyères, à 96 ans. Écrivaine comblée, mère et grand-mère heureuse, femme de combats remportés. Mais ce que ce livre raconte, ce n’est pas juste le deuil hélas ! prévisible d’une mère admirée et aimée, mais un double deuil : voici le terrible sens du titre, La mère morte. « Maman, mon dernier rempart contre la mort. Bientôt, ce sera moi le rempart pour ma fille ».
Le 1er avril 2016, la fille de Blandine de Caunes, Violette, 36 ans, meurt dans un banal accident de voiture, laissant orpheline sa fille Zélie. L’ordre du monde est renversé : Benoîte s’accroche à la vie, Blandine sombre, Violette n’est plus.
De Benoîte Groult, sa fille a hérité l’humour et la force vitale. Ce livre n’est pas triste, au contraire. C’est une réconciliation entre trois générations de femme qui partagent le « même amour forcené pour la vie, toujours plus forte que tout », le credo de Benoîte qu'elle a transmis à sa fille.