BURNAND Léonard

festival-du-lac_pierre-assouline.jpg

Professeur d'histoire moderne et doyen de la faculté des Lettres de l'université de Lausanne, Léonard Burnand dirige en son sein, depuis 2012, l'Institut Benjamin-Constant. A ce titre, il est associé à la publication monumentale des œuvres complètes et préside le comité de rédaction des Annales Benjamin Constant. Il est notamment l'auteur de «Necker et l'opinion publique» (2004) et, en collaboration, de «Germaine de Staël et Benjamin Constant. L'esprit de liberté» (Perrin, 2017). Son dernier ouvrage «Benjamin Constant», paru chez Perrin en avril 2022 a été finaliste du prix Goncourt de la biographie. Conférence dimanche 2 octobre : Benjamin Constant : «Liberté en tout ».

festival-du-lac_Musclée_Alix-Laine_

BENJAMIN CONSTANT, Perrin, avril 2022. La Liberté faite homme. A la fin de sa vie, Benjamin Constant déclarait : " Je veux qu'on dise après moi que j'ai contribué à fonder la liberté en France. " La postérité ne lui a pourtant pas rendu suffisamment justice, célébrant plutôt le romancier d'Adolphe, chef d'oeuvre pionnier de l'autofiction, que le combattant inlassable de " la liberté en tout ", selon son expression. Né en 1767 à Lausanne dans une famille protestante d'origine française, orphelin de mère dès sa naissance, il mena une existence vagabonde à travers l'Europe, où il se fit remarquer aussitôt par la puissance de son esprit et son extraordinaire facilité d'expression, ainsi que par ses amours erratiques et ses dettes de jeu. En 1795, formant avec Germaine de Staël un couple exceptionnel et orageux, il s'engage en politique. Par la plume et par l'action, sa ligne ne variera jamais : conjurer la tentation totalitaire par un gouvernement représentatif équilibré et garantissant toutes les libertés, celle de la presse comme celle des Noirs. C'est pourquoi il s'opposa vivement à l'Empire autoritaire puis à la Restauration réactionnaire. Parmi ses innombrables écrits et discours, les Principes de politique furent le bréviaire de la jeunesse libérale, et ses obsèques, en décembre 1830, donnèrent lieu à Paris à une énorme manifestation de foule, qui saluait la liberté faite homme. Dans une démocratie en crise, Benjamin Constant est plus actuel que jamais.