BERCHTOLD Jacques

festival-du-lac_pierre-assouline.jpg

Jacques Berchtold est Professeur à Sorbonne-Université et (titulaire) à l'Université de Genève. Directeur de la Fondation Martin Bodmer, il préside l'Association des Musées et Centres d'art Genevois (AMCAG).Ancien élève du collège Calvin et de l’Université de Genève, il enseigna (1984-2000) la littérature française de la Renaissance au xixe siècle dans les Universités de Berne, Genève, Yale et Johns Hopkins avant de devenir pensionnaire de l'Institut suisse de Rome. Professeur de littérature française du xviiie siècle à l’Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 (2001-2008), il obtient une chaire dans la même discipline à l’Université de Paris-Sorbonne (2008-2014). Il a dirigé et fait soutenir seize thèses de doctorat entre 2009 et 2019, fut notamment professeur invité à Harvard en 20113, et accéda à la Classe exceptionnelle des Professeurs des Universités en 20124. Depuis janvier 2018, il est professeur titulaire à l'Université de Genève.

Il fut président de la Société Française d’Étude du xviiie siècle de 2008 à janvier 2015 5 et corédacteur responsable des revues Dix-huitième siècle (2004-2008) et Annales de la Société J.-J. Rousseau (1996-2013). Aux Éditions Classiques Garnier, il est cofondateur (2009) et codirecteur de la collection L’Europe des Lumières. Depuis 2016, Jacques Berchtold est Président de la Fondation Pittard de l’Andelyn qui décerne chaque année un Prix littéraire à Genève. Depuis 2016, il est Président de l’Association des Musées et Centres d’art Genevois (AMCAG). Ses recherches portent sur l’étude des motifs littéraires6 et il a notamment consacré de nombreuses études portant sur les œuvres de Chrétien de Troyes, Clément Marot, François Rabelais, William Shakespeare, Mateo Aleman, Charles Sorel, Jean Racine, Alain-René Lesage, Voltaire, l'abbé Prévost, Jean-Jacques Rousseau, Denis Diderot, Klopstock, Goethe, Hölderlin, Stendhal et Gustave Flaubert7.

festival-du-lac_Musclée_Alix-Laine_

LA NOUVELLE HÉLOÏSE, LE LIEU ET LA MÉMOIRE, Classiques Garnier, décembre 2021
Dans ce roman où se joue un effort de sublimation du désir au profit d'un engagement communautaire (Clarens), la rédaction des lettres se veut naturelle, émancipée de tout code. En réalité le roman ne se passe ni d'art, ni de mémoire érudite. Jean-Jacques Rousseau repurifiant les signes, dissimule la culture.