ALEXANDRA SCHWARZBROD

 

En 1982, diplômée de l'École supérieure d'interprètes et de traducteurs (ESIT), elle s'oriente vers le journalisme. Elle est notamment journaliste aux Échos de 1989 à 1994 avant de rejoindre le journal Libération en 1994, pour lequel elle a été correspondante à Jérusalem de 2000 à 2003. Elle est directrice adjointe de la rédaction de Libération. Parallèlement à ses activités journalistiques, elle écrit des essais et des romans dont deux ont été primés : Balagan, (Stock, 2003) qui a reçu le Prix SNCF du polar en 2003, et Adieu Jérusalem, (Stock 2010) Grand prix de littérature policière en 2010.

En 2020, elle publie chez Rivage/Noir Les lumières de Tel-Aviv.

 
A.Schwartzbrod-Les lumières de Tel-Aviv.

LES LUMIÈRES DE TEL-AVIV, Rivage/Noir, mars 2020

Les ultrareligieux ont pris le pouvoir à Jérusalem pour former le Grand Israël. Les Résistants, composés de laïcs juifs et arabes, se sont regroupés à Tel-Aviv pour vivre selon les préceptes des premiers kibboutzim. Signe de la division, un nouveau mur a fait son apparition, entre Jérusalem et Tel-Aviv cette fois. Un mur surveillé par des robots tueurs fournis par la Russie, le parrain du Grand Israël. Ils sont six à devoir franchir cette frontière au péril de leur vie : Haïm, un ultraorthodoxe en cavale ; Moussa et Malika, deux jeunes Palestiniens en exil ; Ana, la femme d'un religieux éprise de liberté ; Isaac, un conseiller du Premier ministre en proie au doute ; et Eli Bishara, un ex-commissaire de police à la recherche de son amour perdu. Tous n'y parviendront pas.